Dans un précédent post, il était évoqué le recours de la cigarette électronique dans le cadre d’un sevrage tabagique. Et, même si le mois de novembre est le mois pour arrêter de fumer, cela est possible en réalité tout au long de l’année. Et, à l’approche des fêtes de fin d’année, l’arrêt de la cigarette classique est l’occasion de bénéficier des nombreux bienfaits sur la santé et de savourer tout particulièrement, toutes papilles actives en bouche, les délicieux mets tendance envisagés. Pour autant, si le choix du modèle de cigarette électronique est assez simple, il en est tout autrement pour les E.-liquides. Gros plan. 

Les arômes

Il existe principalement cinq familles d’arômes, d’e-liquide pour les e-cig : les « tabacs », les « fruités », les « gourmands », les « mentholés » et les « boissons ». Les arômes tabac se rapprochent de la cigarette classique par exemple le tabac à pipe ou le classic blond. Les arômes fruités sont la gamme d’arômes la plus large. Et, comme son nom l’indique, l’arôme du liquide pour cigarette électronique rappelle les saveurs de fruits comme le melon, la banane ou encore le citron par exemple. Les arômes gourmands rappellent le goût des friandises, des gâteaux, des sucreries, elles sont originales et conviennent aux gourmands. Les arômes mentholés – chlorophylle, menthe fraîche, eucalyptus par exemple – permettent alors de se rapprocher des cigarettes classiques au menthol avec plus ou moins d’intensité et de fraîcheur. Les arômes boissons, dérivés de cocktails à l’image de la pina colada ou encore du mojito. 

En marge, depuis quelque temps, un nouvel arôme a fait son apparition : l’arôme DIY (Do It Yourself). Il est alors du domaine du possible que de concevoir soi-même son arôme et liquide. Pour cela, il suffit de choisir son ou ses arômes concentrés, de choisir sa base – le ratio PG/PV peut varier : 30/70%, 50/50% notamment – de la nicotine ou non, mais aussi son additif pour relever ou non le goût de certains arômes. Bien entendu il faut aussi des flacons vides et vierges, des seringues et tout le matériel de protection requis. Le DIY demande un peu de calcul et de manutention, mais il permet d’obtenir un E.-liquide personnalisé qui correspond alors à ses attentes, à ses besoins, à ses goûts.

Le taux de nicotine

Le choix du dosage de nicotine dépend du taux de nicotine présent dans la cigarette classique que l’on a par habitude de fumer. C’est la base pour y trouver sa correspondance de l’E.-liquide et la diminuer progressivement en vue du sevrage total et définitif. En règle générale, le plus gros dosage en nicotine est compris entre 16 et 18 mg/ml. Il est alors adapté aux gros fumeurs de cigarettes fortes et dont la consommation de cigarettes classiques dépasse le paquet au quotidien. Le dosage compris entre 10 et 12 mg/ml convient aux fumeurs de cigarettes fortes ou normales. C’est préconisé pour les fumeurs de cigarettes classiques qui ont une consommation quotidienne située entre dix et vingt cigarettes. Les fumeurs de moins de dix cigarettes par jour débutent alors leur sevrage avec un dosage situé aux alentours de 6 mg/ml. Les fumeurs occasionnels quant à eux opteront pour un dosage en 3 mg/ml de nicotine. 

Dans tous les cas, entamer son sevrage n'est pas vain, tant du point de vue de la santé que de celui du porte-monnaie ! Autant ne pas attendre les bonnes résolutions prises au réveillon de la Saint Sylvestre pour l'envisager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.